Le centre du Scamandre proposait le 11 juillet une matinée découverte de l’apiculture avec les établissements Tavanel de Calvisson. « Le partenariat s’est mis en place par hasard et grâce à la bouvine ! » expliquait Serge Colombaud en introduction.
Thibault Garcia apiculteur avait découvert le site en venant avec école de tauromachie de Nîmes, car le centre de découverte n’est pas seulement une réserve naturelle mais aussi un lieu de promotion des traditions camarguaises.

Le Scamandre a permis l’installation d’une vingtaine de ruches et en a parrainé une. Le rucher a été placé dans les terres hautes et salées de la Fromagère, au milieu de la sansouïre et à proximité de la colonie de hérons. Le groupe s’est attardé un instant sur la saladelle, salicorne et soude et a pu observer le balai des oiseaux au-dessus des nids.

Après une partie théorique sur la vie des colonies et le métier d’apiculteur, Thibault a distribué des vêtements de protection pour s’approcher au plus près des abeilles. Devant l’enclos, il a donné quelques consignes. « Il règne une grande sérénité dans la ruche, contrairement à ce que l’on pense, elles ne bourdonnent pas. Il faut éviter les gestes brusques et ne pas être stressé. » Les enfants se sont montrés les plus vaillants prenant même des abeilles mâles dans leur main. « Ces faux-bourdons n’ont pas de dard et ne piquent pas » poursuivait l’apiculteur, amusé du regard un peu anxieux des parents. Il a parlé de son métier, des saisons avec l’essaimage au printemps, le traitement contre les parasites et la surveillance de la production de miel dans les hausses avant la préparation à l’hivernage en automne.

De retour au centre, Serge et Thibault sont allés chercher la ruche de l’île qui a donné son nom à l’animation, l’île aux abeilles, pour observer la récolte et déguster du miel brut. Après avoir utilisé le souffleur thermique pour écarter en douceurs les ouvrières, Thibault avec gratté au couteau pour retirer les opercules et ouvrir les auréoles. Les enfants ont actionné la manivelle de l’extracteur et la centrifuge. Le miel est tamisé a coulé directement dans un pot, prêt à être dégusté sans aucun ajout. « Le miel est très jaune cette année » observait Thibault. Le groupe lui s’est régalé. « C’est le goût particulier du tamaris et du Scamandre » ponctuait Serge.

Prochaine visite guidée sur réservation : 25 juillet 2020

Participation : 6 € – Enfants de 6 à 12 ans : 3 €

Nathalie Vaucheret