À l’occasion des Erasmus day, les 15, 16 et 17 octobre derniers, les acteurs du projet Erasmus + du collège La Vallée Verte de Vauvert ont dévoilé la plaque qui marque son aboutissement.

Isabelle Fougairolles, professeur de sciences et vie de la terre (SVT), à l’initiative du projet et son collègue, « son bras droit », Benoît Gautier, professeur de technologie, ainsi que Laurence Pecheral, professeur de Français, qui les a rejoints, sont revenus sur ce premier échange éducatif.

De septembre 2018 jusqu’en mars 2020, à la veille du confinement, une soixantaine d’élèves de trois pays (Portugal, France et Allemagne) ont travaillé en commun sur l’élevage de taureaux, de chevaux et de moutons en lien avec le maintien de la biodiversité locale pour préserver l’avenir de l’humanité en termes de santé, de culture locale et du climat.

Les jeunes français ont unanimement exprimé leur satisfaction et apprécié l’expérience même s’ils ont eu un peu de mal avec les langues étrangères. 94 % ont augmenté leurs compétences technologiques, surtout informatiques. Tous ont amélioré leurs compétences linguistiques, l’anglais en particulier, car que ce soit en Allemagne ou au Portugal, on parle beaucoup anglais.

À l’issue de cet échange éducatif, les collégiens ont obtenu un Europass mobilité, un document qui décrit les compétences acquises et qui permet de conforter leur futur CV.

Forts de cette première expérience, l’équipe éducative prépare d’ores et déjà le prochain projet dont le thème s’articulera autour du climat avec les abeilles, véritables « sentinelles de l’environnement ». Les abeilles sont un maillon essentiel de la biodiversité : Non seulement elles produisent le précieux miel mais elles sont indispensables à la pollinisation – le transport de grains de pollen permettant de féconder les plantes – de très nombreuses cultures et arbres fruitiers.

En partenariat avec le centre du Scamandre, le collège s’appuiera sur l’expertise de Thibault Garcia, fondateur de Tavanel apiculture. Le lancement du projet se fera avec les élèves de 5ème qui effectueront le séjour européen lorsqu’ils seront en 4ème.

Isabelle Fougairolles et ses collègues sont déjà à pied d’œuvre.

« Nous avons déposé le projet et sommes actuellement en liste d’attente. Pour cette année scolaire, ça va être compliqué à cause du coronavirus. Ce sera plutôt 2021-2022. La première année, on prépare les élèves et l’année suivante, on réalise concrètement l’échange. »

Toujours plébiscité, le programme de mobilité Erasmus + offre aux jeunes une ouverture sur le monde, l’occasion d’une belle immersion culturelle et linguistique.