L’équipe du PETR autour du président Pierre Martinez

A l’occasion de l’intégration du Pays de Lunel dans le Pôle d’équilibre territorial et rural Vidourle-Camargue, son président Pierre Martinez évoque les enjeux de cette structure à la fois technocratique et proche des communes.

« Le Vidourle est franchi ! Nous allons pouvoir mener ensemble des actions cohérentes. » Le maire de Sommières et président de la communauté de communes Pays de Sommières à été réélu président du PETR le 16 septembre 2020.

S’il se réjouit d’accueillir enfin des délégués du Pays de Lunel qui n’était auparavant qu’associé au PETR par convention, il est surtout satisfait d’avoir une structure gouvernée par consensus et dans un climat apaisé. « C’est une instance de détente par rapport aux tensions dans les communes. Nous parlons de tout avec la volonté de servir l’intérêt collectif. »

Car si les actions du PETR sont un peu technocratiques selon son président du fait de son organisation, les aides sont au plus près du public. Les délégués sont élus indirectement, par les représentants des communautés de communes élus eux-mêmes indirectement, mais ils restent proches des habitants.

« A sa création, le périmètre du PETR avait été identifié comme étant un territoire cohérent, entre les agglos de Nîmes et Montpellier » rappelle Pierre Martinez, « l’enjeu était de soutenir les zones rurales et semi rurales qui souffrent pour qu’elles conservent leurs activités et ne se désertifient pas. Créer un véritable équilibre territorial. »

Le PETR a la charge de gérer les fonds européens qui transitent par la Région. L’organe a été choisi selon le président pour sa présence sur le terrain. Des conséquences énormes en terme de subvention des projets, tant publics que privés, entreprises ou particuliers. Des enveloppes financières importantes notamment avec le programme Leader, pour lequel le Petr a une latitude par le biais de la sélection des projets.

« Le petit parc public, l’aide au boulanger du quartier, aux circuits courts, l’aménagement d’une place de village, la restauration d’une église, nous soutenons tout ce qui peut contribuer à rendre attractif une commune et valoriser son patrimoine, ses traditions, son tissu économique. »

« Nous sommes peu connus du public parce que nous ne portons pas nous-mêmes les projets » complète le directeur Maxime Charlier, « Nous sommes facilitateurs et agissons dans l’ombre des acteurs du territoire pour la population. »

Avec le Pays de Lunel, la cohérence du territoire se renforce entre deux métropoles même si la philosophie du PETR ne changera pas selon Pierre Martinez. Un projet financé sur trois s’y fait déjà. Les montants des cotisations seront par contre égalisés. « Le Pays aura quatorze délégués pour un tiers des habitants, dont le nombre passera de 100 000 à 150 000 ! ».

Une identité forte et multiple, des enjeux économiques et des traditions similaires cimentent le territoire avec des liens indéniables selon le président du PETR. Les cinquante-huit délégués vont d’atteler à réactualiser les réflexions sur le projet de territoire, renforcer les dispositifs d’aide, et asseoir une politique de proximité. Il aura fallu quelques années de l’existence du PETR pour arriver à ce nouveau territoire. Une étape historique pour la structure. « Nous avons atteint l’équilibre politique ! » conclut Pierre Martinez.