Patricia Ouellet, entraineuse au TC de Vauvert, est convaincue des bienfaits du tennis, un sport pour lequel elle veut faire tomber les aprioris. Le club vient d’obtenir grâce à sa détermination le label « club tennis santé ».
« J’ai profité du confinement pour me former ! » raconte Patricia. Soutenue par le président du club Fabien Grutadaurria qui souhaite mettre en avant ce dispositif fédéral, elle a pu bénéficier d’une prise en charge par le comité de tennis du Gard. Après une partie théorique avec médecins et autres intervenants du milieu médical sur les pathologies qui peuvent être concernées en relation avec la pratique du sport, elle a complété son expérience pédagogique pour la préparation des séances. « Ce dispositif s’adresse à des personnes qui ne jouent pas au tennis » tient à préciser d’emblée l’entraîneuse, « il s’agit justement de réduire la sédentarité, les problèmes de motricité de personnes qui avec l’âge ont moins d’activité physique. » En cause parfois selon elle un manque de motivation, de lien social ou tout simplement de mobilité.

Le tennis santé rentre dans le dispositif national sport santé bien-être. Il est encadré par la fédération dont la motivation selon Patricia est de montrer que ce sport peut accueillir tout le monde. Le dispositif complète les deux autres existants, sport adapté en handi-tennis. Les séances sont sur ordonnance et les participants ont un carnet de suivi pour surveiller la fréquence cardiaque, la tension au repos et noter les progrès. A Vauvert, le programme est mis en place pour les adultes. Après une première séance avec des petits tests de conditions physique simples, les personnes feront des exercices avec du matériel adapté, petites raquettes, balles en mousse, petits mouvements, parcours de motricité, jonglage. « C’est l’originalité du programme » indique Patricia, « le tennis à l’image d’être un sport dur, Il faut faire tomber les barrières une à une, mentale, physique, sociale, financière. »

Déterminée, elle est même prête à aller chercher les gens chez eux. « J’étais avant dans l’insertion » explique-t-elle, « C’est pareil, si on présente une offre d’emploi à une personne très éloignée du marché du travail et qu’on lui dit vas-y, elle ne pourra pas. Il y a des freins à éliminer ; il faut du temps. »  Pour elle, le sport santé ce n’est pas nouveau ni seulement un label, mais une conviction. Son slogan, c’est « Ose le tennis ! ». « Je suis convaincue des vertus de ce sport, qui doit être accessible à tous. »
Le programme, gratuit pour les participants, a été subventionné par le fonds de soutien à la vie associative. Les cycles sont de huit séances hebdomadaires d’une heure le lundi matin, des cours collectifs par petits groupes. D’autres créneaux seront possibles selon la demande. Projet de tennis couvert, en attendant, sera à couvert dans un gymnase pour permettre de démarrer dès à présent sans craindre le froid ou la pluie.

Renseignements au club ou auprès de Patricia 06 32 50 39 90