Cédric Maes, nouveau Vauverdois, relance le basket vauverdois avec de grandes ambitions. Originaire de la région de Dunkerque, il est encouragé par un autre « nordiste » qui s’est investi plus de 25 ans avec la même passion. La rencontre a matché entre les deux basketteurs. « Quand je l’ai vu, je me suis vu moi ! » s’exclame Francis Bouville. Le Calaisien arrivé en 1971 s’est donné longtemps corps et âme pour développer ce sport dans sa ville d’accueil. Pas facile dans une ville dominée par le foot. Le basket à l’époque était une petite section de l’ACV omnisport. Pendant 25 ans, de 1974 à 1990, il a mené les équipes à un bon niveau. « Je me souviens, les gens de Vauvert disaient « qu’est-ce qu’il fait avec le baské ? » » Avec Pierre Volpelière, il a créé l’école de basket quand il y a eu le gymnase à Gourdon. Francis a ensuite passé la main à José et Myriam Zarrouk. C’est son petit-fils qui a déclenché la rencontre en voulant jouer à son tour. « Le club avait un peu périclité et je m’en étais détourné depuis de nombreuses années. Je savais qu’une personne avait repris et je cherchais à le voir. » Il est allé regarder les petits basketteurs et l’étincelle est revenue. « Dorénavant, je serai là pour suivre les équipes. » Le virus est revenu. La motivation et le dynamisme de Cédric épatent l’ancien entraîneur. « Il a déjà des joueurs d’enfer. Ils vont cartonner en championnat. »

Cédric lui ne pensait pas en arriver là. « Je voulais juste jouer une fois par semaine tranquillement. » Il apprend que le club va fermer. La dernière affiliation à la fédération date de 2009. « Ma femme m’a dit, pourquoi tu ne reprends pas le club ? » Son âme d’entrepreneur et sa passion du ballon l’ont entraîné. En octobre 2021, il reprend in extrémis le club avant sa fermeture définitive. Il démarre avec une dizaine de joueurs. Aujourd’hui, il en a une soixantaine. Son énergie est convaincante. Les sponsors et les subventions ont suivi. Cédric cumule les projets et les formations. Interventions dans les écoles, avec « vivez bougez », réseaux sociaux. Il passe un certificat préparateur physique, un brevet fédéral jeunes et adultes, le BP Jeps en cours, le label micro basket 3-5 ans au panier, il cumule aussi les emplois, aide-soignant, employé Mac Do, maçon, commercial en construction. D’ici deux ans, basket santé. Le tout avec quatre enfants à la maison, le dernier a un mois !

En projet, un poste au comité départemental pour développer le basket dans le Gard, deux dossiers déposés pour créer des terrains extérieurs en street ball et à l’horizon, une école privé de basket avec sa femme. Tous deux se sont reconvertis pour mener à terme l’aventure basket qui continue de plus belle. Cédric est aidé d’un directeur technique U13 15 17 et 18.Tous sont bénévoles. La mairie a soutenu son projet et le jeune entrepreneur s’en réjouit. Vauvert qui trône sur les nouveaux t-shirts avec une tête de taureau aura bientôt ses champions de basket.