Le gâteau des rois, appelé aussi royaume ou couronne dans le Sud de la France.

L’épiphanie, un partage. 

En Occitanie et Provence, c’est un gâteau, brioche parfumée à l’eau de fleur d’oranger recouverte de sucre et de fruits confits, en forme de couronne qui évoque celle des rois. Son origine semble  être liée aux Saturnales romaines,  afin de fêter l’augmentation des jours après le solstice d’hiver,  lors de ces célébrations, une galette symbolisant le soleil était servie avec une fève à l’intérieur . Une fête païenne devenue chrétienne, ce jour  est célébré pour rappeler l’hommage de Melchior, Gaspard et Balthazar à Jésus.

Le jour de l’Épiphanie, on partage en famille ou entre amis la traditionnelle galette des rois, cette fête prolonge ainsi la fête de Noël . Le partage la galette se fait en autant de portions que de convives, plus une, la première étant toujours la part du pauvre, également appelée part du Bon Dieu. La tradition veut que le plus jeune de l’assemblée, se place sous la table ou ferme les yeux et attribue chaque part de gâteau à un convive. Celui qui tire la fève, aujourd’hui remplacée par un sujet en porcelaine, est le ROI.

 couroùno des reis , es Epifania, , anatz far los Reis.

Poème de Jacqueline Amphoux, poétesse libre de Beauvoisin.

Bienheureuse fête, voici l'Epiphanie
Célébrant les trois Rois aux atours somptueux.
En ce temps de Noël se trouve réunie,
La famille, en ce jour, souvenir fastueux.

La galette apparaît et trône sur la table
Les yeux des tout-petits débordent de désir,
Devant ce beau dessert merveilleux, délectable,
Leur sourire éclatant amuse et fait plaisir.

Le gâteau partagé, le plus jeune se lève,
Puis en tournant le dos, d'un ton digne, important
Nomme tous les parents. Qui donc aura la fève ?
Chacun prend son morceau, ravi, mais hésitant.

Le nouveau Roi promu doit porter la couronne
Et se montrer à tous, très fier de cet honneur;
Tout joyeux d'égayer par sa propre personne
Le cercle des gourmands au sommet du bonheur.
      avril 2005