You are currently viewing <em>Bouvine</em> – Président de course camarguaise, un rôle à la fois d’animateur et d’arbitre
Association des présidents de courses camarguaises - Photo © Emile Martinez

L’association des Présidents de courses camarguaises (APCC) se réunissait en commission informelle au « Scamandre », réserve naturelle, dans une salle mise à disposition par le centre et son responsable des animations, Serge Colombaud, afin de statuer sur le ressenti des stagiaires en formation désireux de devenir « Président de course ».

L’association des présidents de courses – APCC – est une organisation qui a pour but d’harmoniser, de promouvoir et de renforcer la pratique de la présidence de courses camarguaises. Elle est chargée de représenter cette pratique auprès de la FFCC.

Un Président de course est à la fois animateur et arbitre, tout en étant impartial, il doit savoir s’adapter aux situations qui peuvent le mener dans la difficulté sans oublier le côté humain qui reste primordial dans cette fonction.

Nicolas Manchon : Président de l’Association des Présidents de Courses Camarguaises, Valérie Ther : Pôle formation de la Fédération Française de la Course Camarguaise (FFCC), Philippe Gibert, Membre de l’APCC, présidaient cette commission.

Claude Chevalier  (APCC), Marie Jo Querel, Secrétaire Générale de la FFCC et Joël Dijol étaient aussi présents. 

Valérie Ther invite les six stagiaires à s’exprimer et dire leur ressenti sur la formation qu’ils sont en train de préparer et ainsi parler de leurs difficultés rencontrées tout au long de leur stage.

Il en ressort des difficultés dans l’organisation et l’apprentissage qui nécessite une grande faculté à :

  • Gérer le temps, le matériel, les annonces pendant le temps de courses. Travailler avant course sur le bon déroulé des noms des raseteurs, des taureaux, des personnalités présentes, voir aussi si le matériel est en état de fonctionnement.Tout un détail à ne pas prendre à la légère.
  • Trouver comment animer et s’intégrer auprès d’un Président dans sa fonction pour se calquer et comprendre le déroulé de la course. Oser demander de pouvoir assister un Président de course.
  • Préparer en amont les difficultés à venir ; comment gérer le stress, les contestations,
  • Travailler l’élocution,  savoir porter sa voix  et faire vivre sa passion.

Nicolas Manchon, Valérie Ther, Philippe Gibert – Photo © Emile Martinez

 Pour Valérie Ther, il  faut chercher en soi les réponses, se poser les bonnes questions, continuer à être soi tout en sachant animer et arbitrer une course. Le côté humain doit rester la porte ouverte pour que la course garde toute son authenticité.

« Chacun doit avoir conscience du pourquoi il veut devenir Président de courses, dans quelle ampleur il souhaite le devenir (au sein de son village, du département, dans des grandes ou petites arènes, dans des courses de niveau moindre ou bien supérieur) », tout ce questionnement doit se faire pour mieux appréhender ce poste et le mener à bien. Connaître ses possibilités et ses capacités. 

Les stagiaires sont demandeurs d’essais de courses afin d’être en situation.

Cyril Garcia, présent avec ses élèves,  Éducateur à la FFCC, propose alors de les accueillir cet hiver lors des entraînements des jeunes de l’école et de ligue  pour leur permettre de se   mettre  dans le rôle de Président de course, d’animer et d’arbitrer la course tout en les mettant  face à des difficultés qu’ils pourraient éventuellement  rencontrer.

Ce sont les organisateurs qui choisissent leur Président de course.

Il est difficile d’intégrer une nouvelle personne, (les présidents actuels sont bien ancrés dans leur fonction)  la Fédération devrait arbitrer et imposer un stagiaire pour qu’il puisse se former. Il faut aussi que le stagiaire  fasse la demande auprès de l’organisateur de la course, pour animer l’avant course quand se sont des élèves raseteurs qui courent. À eux donc de les solliciter. C’est sur le métier que l’on se forge.

Très complexe la Course Camarguaise, dans son ensemble, parce que liée par des affinités, des manades et il est difficile aussi de casser ou de changer  les codes si longtemps établis.

Qu’est ce qu’un Président de course ?

Le Président de course a un rôle primordial.Il anime et arbitre à la fois. Pour cela, il doit le faire avec passion et impartialité afin que la course s’en ressorte grandie.

Connaitre et s’intéresser aux hommes :
Ne pas écorcher un nom. Le raseteur  mérite que son nom soit cité correctement dans le respect.

Connaitre les manades :
Savoir comment évolue le bétail en pays

Connaitre les taureaux :
Chacun a un comportement différent, savoir lui donner la possibilité de souffler s’il se trouve en difficulté lors de sa course.

Garder sa façon d’être, son engouement, ne pas s’oublier.

Ne pas oublier le côté humain, tout en étant directif mais sans plier, se conformer aux règles données sans perdre son âme.

C’est dire combien le rôle de Président de course est le pilier et soutient la course dans l’ensemble sans se départir de son rôle d’arbitre et d’animateur.

Marie-France Sabatié

Passionnée de bouvine, je partage par l'écriture mon ressenti, ma passion sur ce qui fait la richesse de ce terroir, courses camarguaises, traditions, manades, ...
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour