Les jeunes filles de l’Energym Club ont retrouvé le chemin de l’entraînement au gymnase Jean Macé. Echauffement, exercices aux agrès (table de sauts, barres asymétriques, poutre et sol), les séances sont dirigées par les éducateurs diplômés, Sylvie Sokoloff et Hicham Damouh.

Une soixantaine de gamines de 6 à 14 ans sont inscrites pour cette nouvelle saison. 24 d’entre-elles sont engagées dans les compétitions (4 équipes de 6).

– 1 équipe en N 7 (niveau de compétition 7)

– 3 équipes en N 8 (niveau de compétition 8)

Les équipes sont composées en fonction de l’âge et du niveau (de 1 à 8), le niveau 1 étant le niveau le plus élevé.

Les compétitions qui commencent au mois de février se déroulent dans le cadre de la fédération UFOLEP (Union Française des Oeuvres Laïques d’Education Physique) – Ligue Occitanie.

Les entraînements ont lieu les mardis (de 18h00 à 20h00), le mercredi (de 10h00 jusqu’à 17h00 non stop) parce qu’il y a plusieurs groupes, les jeudis (de 18h00 à 20h00), les vendredis (de 18h00 à 20h00), les samedis (10h00 jusqu’à midi).

En dehors de la compétition, un groupe fait du loisir découverte pendant la 1ère année. Celles qui le souhaitent peuvent poursuivre en compétition.

En loisir, les filles font une heure et quart de gym, une fois par semaine, par contre les compétitrices, ont 2 séances de 2 heures par semaine (soit 4 heures par semaine).

Le club a été créé il y a une vingtaine d’années au Centre Robert Gourdon par Sylvie Sokoloff. Il déploie ses activités sous forme d’association indépendante depuis 13 ans à l’initiative d’Icham Damouh qui en assure la présidence.

Malgré l’attrait qu’il suscite auprès des jeunes gymnastes, l’Energym Club est un peu freiné dans ses ambitions et reste en deçà de ses potentialités.

« Nos effectifs sont forcément limités car nous disposons d’une petite salle. Dommage, car nous avons la demande » regrette Hicham Damouh.

« Nous sommes obligés de maîtriser nos capacités d’accueil puisque nous ne sommes que deux pour encadrer des groupes de 14 à 15. Ce n’est pas évident. Au barres, les petites doivent attendre chacune leur tour.

D’autre part, on perd beaucoup de temps au niveau de l’installation du matériel (20 minutes pour installer, 20 minutes pour ranger). Sans compter qu’à force de bouger le matériel, il s’abîme et surtout, il n’est plus aux normes de sécurité.

Dans l’absolu, nous aimerions disposer d’un gymnase vraiment dédié à la gymnastique et équipé comme tel, un gymnase que nous pourrions partager bien évidemment avec d’autres associations. »

Ces demandes exprimées n’entament pas les espoirs du club de gymnastique de réussir sa saison sportive et de faire briller les couleurs de Vauvert lors des prochaines compétitions qui commencent en février 2020.