Depuis le confinement de novembre, dans les locaux de l’École de musique intercommunale de Petite Camargue, on n’entend plus de musique…

Jusqu’à ce lundi 7 décembre où un groupe d’enseignants de l’École et même d’autres venus du Conservatoire de Nîmes, s’est réuni dans l’auditorium autour de Philippe Guyon, le directeur. Assis devant l’écran et face à la sono de la salle, ils ont fait passer « virtuellement » les examens de fin de 1er et de 3ème cycle.

Voici comment les choses se sont passées :

« Nous avons décidé de proposer aux élèves, inscrits pour passer leur examen, de nous envoyer des vidéos de leurs morceaux afin de les évaluer sur leurs prestations.
Nous n’avons pas regretté cette décision concernant l’organisation insolite de cet examen car cette « promotion » a été exceptionnelle ».

Une pianiste,
Lucy (fin de 1er cycle), élève de Sophie Cabanero

Trois violoncellistes,
Pauline, Jonas (fin de 1er cycle) et Bérénice (fin de 3ème cycle), élèves de Céline Dussaud

Deux violonistes,
Maélys et Apolline (accompagnée par Jeanne) (fin de 1er cycle), élèves de Dorothée Fontcouberte.

Chaque candidat devait présenter deux morceaux ; l’un imposé, l’autre libre mettant en avant leurs capacités techniques, d’interprétation et leur maturité musicale.

La difficulté de la tâche ne les a pas découragés. Grâce à leur détermination et au soutien de leur famille, ils sont allés jusqu’au bout de leur projet, offrant au jury un véritable concert plein d’émotions !

À croire que ce moment compliqué que nous vivons leur ont donné la force de se dépasser et de prouver leur détermination et leur engagement.
Tous ont été reçus avec mention et certains avec les félicitations du Jury.

Notons particulièrement le beau succès de Bérénice Dussaud qui a obtenu son diplôme de troisième cycle de violoncelle après de nombreuses années d’études musicales avec la note de 19, une première mention et les félicitations du Jury.

Au cours de cette période tourmentée, l’École de musique reste toujours très active et présente au sein de la communauté. Elle fait partie intégrante de la vie des communes. De multiples projets ont vu le jour comme le cadeau musical des jeunes élèves aux résidents de l’Ehpad de Vauvert ou le concertino « virtuel » offert pour les fêtes de Noël.
Les cours sont maintenus en visio-conférence et la continuité pédagogique assurée.

Dans ces temps où la culture est meurtrie sans moyen d’organiser sa diffusion, la musique est une source d’émotion inépuisable et un partager sans modération.

Et l’École de musique de Petite Camargue, face aux vents contraires, a le cœur qui bat au rythme de ses élèves et de ses enseignants.