Le club taurin El Campo prépare sa traditionnelle capea de la Toussaint. Une course de vaches et de jeunes taureaux de deux ou trois ans, organisée pour aider les écoles taurines. « Cela permet aux apprentis toreros de se faire la main et d’apprendre le métier » explique le président Patrick Bricongne, « ils sont mis en situation réelle et corrigés par les Maestro. » Les jeunes qui démarrent à 9 ans, jusqu’à l’adolescence s’entrainent principalement sur des toros de salon, des simulacres avec des fausses cornes. Avec la capea, ils sont devant du vrai bétail et apprennent les gestes. « On voit comment ils se comportent face à l’animal » poursuit Patrick, « s’ils sont courageux, téméraires, adroits ou doués. » Le club taurin offre chaque année une capéa pour permettre à une école de venir entraîner ses jeunes. Cette fois-ci, ce sera le centre de tauromachie de Nîmes dirigé par Christian Lesur. Il a de nombreuses nouvelles recrues cette année.

El Campo a choisi les arènes de Gallician pour leur taille qui se prête bien à cet exercice. « C’est lieu idéal. Dans une arène trop grande, la vache ou le petit taureau court partout. A Gallician on arrive à tenir la bête et les jeunes peuvent prendre plus facilement leurs repères pour se lancer. » Le bétail proviendra cette année de la ganaderia des Alpilles. Les manadiers ne font pas de sélection à travers cette manifestation qui est uniquement dédiée à l’apprentissage.

La capea est gratuite, ouverte à tout public, initié ou non, une occasion de découvrir la tauromachie espagnole sans violence. « C’est intéressant de voir le travail des écoles et des enfants » conclut Patrick, « les professeurs commentent et corrigent en direct. » La capéa sera suivie d’une remise de prix pour les élèves au foyer puis d’un apéritif et d’un repas sur réservation (06 21 02 96 03).

Jeudi 11 novembre à 11 heures, arènes de Gallician.