Rencontre avec Rémy Almuneau au centre équestre L’écurie du Vieux mas à Beauvoisin

À 30 ans, Rémy Almuneau ne se voyait pas faire un autre métier que celui de maréchal-ferrant auquel il se destinait depuis la fin de sa scolarité.

Tout petit, il a été attiré par les chevaux, les taureaux, puis plus tard par la course camarguaise et l’art du raset. Parallèlement, il s’intéressait au travail du fer à l’enclume. L’association de ces deux centres d’intérêt va naturellement déterminer son orientation. Comme souvent le hasard d’une rencontre va accélérer son choix de métier. Un jour chez des amis de ses parents, il fait la connaissance de Roger Maurin, forgeron, maréchal-ferrant à Nîmes. Celui-ci lui propose un stage d’été puis une formation. À la suite, il passe ses diplômes, BEP à Saint-Chély-d’Apcher en Lozère, CAP de maréchalerie et BTM (Brevet technique des métiers) à Gourdan-Polignan après Toulouse.

Diplômes en main, il s’installe à son compte en 2014. Cela fait plus de huit ans, maintenant.

Le métier de maréchal-ferrant requiert de nombreuses qualités, notamment physiques. La connaissance du cheval lui permet d’anticiper les réactions animales. Bien gérer le comportement animal facilite l’exercice de ce métier, vieux de plus de 2000 ans. Rémy Almuneau le pratique en pays, dans les manades, les centres équestres, chez les particuliers. Il perpétue un savoir-faire ancestral et fait de son métier une passion.