Vendredi 3 Juin à 20h30, sur le Parvis des Halles, Hakim Tamimi, Président de l’Association Urban’art proposait en ouverture de l’Urban Festival, une Battle All Style.

Ce sont donc des danseurs régionaux de « locking », de « popping », de « breakdance » ou de « krump » qui se sont affrontés en battle durant cette première soirée où les plus jeunes n’hésitaient pas à aller défier leurs aînés, dans le respect et la bienveillance mutuels.

Le samedi 4 juin a vu la consécration de l’équipe vauverdoise « Le Crew Indigènes Vauvert », au gymnase Robert Gourdon, dans une battle de breakdance.

Cette discipline de rue, née à New-York dans les années 70, a été présentée au public olympique lors des JO de la Jeunesse, à Buenos Aires, en 2018. Depuis, elle s’est affiliée à la Fédération Française de Danse en 2020 et sera représentée aux JO d’été de Paris, en 2024.

Ce sont donc de véritables athlètes qui ont mis le feu au gymnase ce samedi soir, se défiant par équipes de trois contre trois, départagées par un jury de trois éminents danseurs (bboyeurs).

C’est ainsi que les équipes Tie Break de Lyon, Original Rokerzs de Marseille, Suprême Legacy de Clermont-Ferrand, Melting Force de Saint-Etienne, Dimensions 34 d’Agde et deux équipes venues, pour l’une, du Sénégal et pour l’autre, du Kénya se sont défiées en quart, demi-finale et enfin, finale avec en prime, une démonstration de « Lyrics Battle », discipline qui, en plus d’enchaîner les mouvements habituels de break dance, impose aux danseurs une chorégraphie expressive, en phase avec les paroles de la chanson.

Mention spéciale à DJ H et à l’animateur qui ont ambiancé ces battles !

L’Association Urban Arts Vauvert poursuivra son URBAN FESTIVAL 2022 avec le Street Workout Challenge le samedi 11 juin de 18h à 21h, au Fit’s Park de la Gare, avenue Jean-Jaurès à Vauvert.

D’autres actions seront programmées en 2022 : un stage breakdance départemental avec Bboy Salim, des ateliers découverte du graff et de la breakdance en bas des immeuble (Daudet, Bosquet, Cabidoule) ainsi qu’au centre de loisirs. L’Urban Festival a 20 ans cette année ; il est géré par l’association Urban’art et ses bénévoles, pour la plupart éducateurs spécialisés, animateurs ou prof de break ou de sport !!! Son crédo ? le partage, l’échange et la mixité.