Chaque année, depuis 18 ans, le prix Hemingway est remis à la plus belle nouvelle écrite sur la tauromachie.

Marion Mazauric la fondatrice avec Simon Casas, Laure Adler présidente du jury et Eddie Pons, président de l’association les “Avocats du Diable” dont le siège est à La Laune à Gallician, nous font découvrir des nouvelles du monde entier écrites pour ce prix, lues et sélectionnées par le jury.

Cette année 200 nouvelles ont été envoyées d’Europe, d’Afrique, d’Amérique du Nord et du Sud.

Le 27 mai, la lecture des nouvelles des finalistes s’est faite dans les chiqueros ; moment inoubliable car les voix des lecteurs se répercutent dans ces lieux magiques où le taureau attend son entrée dans l’arène.

Ce samedi 17 septembre, la remise du PH s’est faite dans le patio du musée des cultures taurines.

Hélène Goffart, jeune écrivaine belge détentrice du prix 2021, a remis le trophée à Antonio Blazquez-Madrid pour sa nouvelle pleine de “fatalismo” en présence de Marianne Lamour, membre du jury, Marion Mazauric des éditions Au Diable Vauvert, et Sophie Roulle, adjointe à la culture de la Ville de Nîmes…

Antonio Blazquez-Madrid et Eddie Pons

Antonio Blazquez-Madrid, en recevant ce prix pour une nouvelle pas autobiographique mais pleine de souvenirs est un écrivain talentueux et renommé qui découvrait Nîmes et ses traditions tauromachiques pour la première fois.

Francine Chalmeton

Cette cérémonie est toujours pour Laurence Emmanuelli, adjointe à la culture de Vauvert, et moi-même un instant de bonheur car nous y représentons Vauvert et apprécions ces rencontres culturelles si riches en émotions.