Afin de répondre aux attentes et besoins des visiteurs et touristes en matière d’hébergement et de restauration, l’Office Cœur de Petite Camargue a confié en 2017 et 2018 à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Gard deux missions d’étude et de diagnostic pour l’élaboration d’un état des lieux suivi de préconisations.

L’étude concernant  l’hébergement a été finalisée en janvier 2018 et suivi de formations/actions en 2018, et celle de la restauration a été finalisée en 2019.

Les deux études se sont déroulées en deux étapes, tout d’abord le recensement de l’offre Hébergement et Restauration et ensuite une enquête auprès des hébergeurs et des restaurateurs. La troisième étape concerne les actions d’accompagnement mise en place ou en cours.

Pour la restauration, la moitié sont des restaurants traditionnels. Un quart est constitué par des bars et cafés proposant de la restauration sur place.

La saisonnalité de l’activité restauration est modérée : 33 % du chiffre d’affaires est réalisé en été. Ce qui s’explique par le fait que pour une grande part, la clientèle est composée de résidents, de salariés qui consomment principalement le midi en semaine. La clientèle touristique, française à 79 %, est plus nombreuse en saison estivale.

Pour l’hébergement, 92 % des hébergeurs louent des meublés ou chambres d’hôtes et constituent 39 % des lits marchands disponibles. 40 % étant représentés par les campings qui ne constituent que 1 % des hébergeurs.

Comme l’a précisé Mireille Brémond, la directrice de l’Office de tourisme lors de la réunion sur la restitution des études par la CCI, « Ces études sont un préalable indispensable à la structuration de l’offre touristique mais elles vont permettre également aux collectivités, communes ou communauté de communes, de programmer des interventions selon leurs compétences : signalétique, amélioration de l’accessibilité aux personnes en situation de handicap, ravalement de façades… »

Les professionnels du tourisme associés à la démarche y ont participé avec beaucoup d’intérêt.

Le témoignage de Carole Peraldi, « Le Jardin de Rita » au Cailar

« Les personnes chargées des études à la CCI sont venues sur place au Cailar me questionner, puis nous avons échangé de façon informelle. Elles ont fait un diagnostic sur mes offres d’accueil et ma façon de travailler, sur mon site internet. Elles m’ont fait un rapport sur les points forts, les points faibles, sur tout ce que je pouvais améliorer. C’était assez complet.

Par la suite, j’ai participé à des ateliers thématiques consacrés aux hébergeurs où différents sujets étaient abordés : les aspects juridiques, économiques, la communication, comment « booster » mes ventes, etc…

J’ai beaucoup appris et surtout en participant à ce genre de réunion, on se sent moins seul. Ça permet de rencontrer d’autres personnes, de confronter nos expériences, de multiplier les contacts, sinon, on a tendance à s’isoler, à n’avoir aucune visibilité sur son activité et ce n’est pas comme ça que je vois mon métier.

Je voudrais dire aussi qu’à l’Office de tourisme « Chœur de Petite Camargue » j’ai trouvé des interlocuteurs ou plutôt interlocutrices – Mireille Brémond, Nathalie Devaux, entre autres – disponibles, dynamiques, à l’écoute… très pro.

À mon sens, c’est indispensable d’être adhérent à l’Office de tourisme quand on est hébergeur ou restaurateur. Outre les conseils avisés sur le plan juridique et fiscal, la présence sur le web, on reçoit tous les mois l’agenda des animations et manifestations. L’Office de tourisme, c’est une mine d’informations.

J’ai créé le « Jardin de Rita » en 2016 avec l’acquisition d’une bâtisse de onze chambres, annexe de La Manadière. J’en ai conservé trois en chambres d’hôtes plus une cuisine, le reste est devenu notre habitation.

C’est ma troisième année d’exploitation, sachant que les deux premières étaient un peu tronquées parce que j’étais en travaux. J’ai ouvert par tranches, car on a quand même tout refait, la peinture, la déco…. La cuisine n’existait pas, c’était une chambre, donc, il a fallu casser la salle de bain. Bref, en 2018, j’ai pu faire une année complète avec les trois chambres. et je suis déjà satisfaite, ça a bien fonctionné surtout en juillet et août où j’étais complète. On est dans une belle région, nous avons de bonnes perspectives, je suis optimiste pour l’avenir ».