Avec la disparition de Monique Quilès-Galtier, c’est une page de l’histoire de l’art lyrique qui se tourne à Vauvert.

L’association Les Amis du Bel Canto qui a arrêté ses activités en 2018 perd son ultime présidente et tire définitivement sa révérence.

En 1954, le 28 févier, plus précisément, un groupe de mélomanes vauverdois décide de créer l’association des Amis du Bel Canto. Les membres fondateurs sont Suzanne Malaval Villaret, petite-fille de Pierre François Villaret, ténor de l’opéra de Paris, André Guigon, René Michel, William Thérond, Augusta et Fernand Frès, Melle Arnal, Georges Chanial, Jean Pagès, Marius Blayrat, Yvonne et Camille Pradille, Eliette Moulin, Mme et M. Marcel Arnaud.

 André Guigon dépose les statuts de l’association et en devient le premier président de 1954 à 1956. Francis Bousquet lui succède jusqu’en 1958.

Le but premier de l’association, c’était de permettre à ses membres d’aller voir des grands spectacles lyriques servis par des artistes prestigieux et surtout de découvrir des œuvres qu’ils ne connaissaient pas encore.

Avec l’arrivée de René Michel à la présidence en 1958, les Amis du Bel Canto vont franchir une nouvelle étape et connaître une véritable notoriété.

Le 30 avril 1966, le prodigieux ténor, Tony Poncet, accepte  d’être le Parrain de l’association. Au cours d’une réception en mairie de Vauvert où il est nommé citoyen d’honneur par Robert Gourdon, Il promet de venir chanter gratuitement pour lancer les galas lyriques.

Le premier gala a lieu le 18 août 1967 à la salle de cinéma Le Lux, ancien Alcazar Valentin qui fit la renommée de l’art lyrique à Vauvert et de la troupe Louise Désir.

Pendant ses 41 ans de présidence, René Michel, épaulé par son complice de toujours, William Thérond, fera briller Vauvert et le Bel Canto.

En 1999, Monique Quilès qui lui succède relève un redoutable challenge.

Née à Nîmes, en face du théâtre, elle a vu brûler l’Opéra en 1952 (elle avait huit ans à l’époque). Toute jeune, elle voue une passion fervente à la musique, au chant, aux belles voix. Arrivée à Vauvert en mars 1958, dès le 1er avril, avec sa sœur Nicole, elle rejoint les rangs du Bel Canto. Une longue et fructueuse fidélité de 60 ans dont 19 à la tête de l’association.

Monique Quilès, mariée à Rolland Galtier en 2012, va mettre tout son cœur à l’ouvrage pour porter toujours plus haut le flambeau du lyrique à Vauvert. Chaque année, ce ne sont pas moins de quatre à cinq voyages qui sont organisés. Au-delà, des rendez-vous traditionnels des scènes régionales et nationales, Marseille, Nice, Monte Carlo, Toulon, Nîmes, Montpellier, Arles, Avignon, Monique et son équipe mettent en place des programmes culturels à l’étranger, essentiellement en Italie. La Fenice de Venise, le San Carlo à Naples, le théâtre Farnèse à Parme, le Liceu à Barcelone offrent d’inoubliables destinations.

La réputation du Bel Canto passe par l’organisation de galas toujours aussi prisés des mélomanes de la région.

La présidente n’hésite pas à sortir de la salle Bizet et à investir les arènes Jean Brunel. Cinq grands spectacles y sont montés. Sur les pas de Mireille, une grande sélection de l’opéra de Gounod d’après l’œuvre de Mistral, avec Chantal Bastide, Lakmé, l’opéra de Léo Delibes, le Festival lyrique Vauvoix avec la cantatrice d’origine roumaine, Leontina Vaduva, et le célèbre baryton Alain Fondary, Les Mousquetaires au Couvent l’opérette classique de Louis Varney.

Temps fort, de la présidence de Monique Quilès-Galtier, Carmen de Georges Bizet, le 19 juillet 2014 dans les arènes de Vauvert. Ce jour-là, 2 000 personnes se sont pressées sur les gradins pour applaudir la jeune et talentueuse révélation, la mezzo-soprano, Valentine Lemercier et ses camarades chanteurs, danseurs, musiciens, choristes, sous la direction artistique de Michèle Voisinet et Chantal Bastide.

Après Carmen, l’association va continuer de monter des galas avec ce même souci d’exigence de qualité. Le succès sera encore au rendez-vous. Mais au fil des ans, l’âge, la fatigue se font sentir dans les rangs. En janvier 2018, les Amis du Bel Canto tiennent leur dernière assemblée générale. Prenant acte que personne n’est disposé à prendre la relève, Monique Quilès-Galtier, la mort dans l’âme, se résout à clore l’ultime chapitre de cette belle histoire.

Depuis le premier gala lyrique de 1967, lancé par Tony Poncet, d’innombrables talents se sont produits à Vauvert, ont conquis le cœur des mélomanes, fait découvrir des pans entiers du répertoire, et porté haut le renom de la ville.

Merci à Cyril Devauchaux pour sa précieuse contribution.

Studio – Photo – Création Cyril Devauchaux
Avenue du Général Trouchaud, 30220 Saint-Laurent-d’Aigouze
Téléphone : 04 66 71 52 95