Cette fédération « jeune » est déjà mobilisée sur des sujets brûlants : crise sanitaire, enjeux des assurances des activités des manades, relance économique… C’est dans ce contexte sans précédent la Fédération des Manadiers s’apprête à organiser sa prochaine :

Assemblée Générale
19 février 2021 de 9H30 à 12H
CCI du Pays d’ ARLES

Pour des raisons sanitaires, l’AG sera réservée uniquement aux personnes invités (Manadiers et partenaires) Un point presse sera organisé à l’issue de l’AG (12H). 

Les manadiers (éleveurs de taureaux et de chevaux de Camargue) représentent une poignée d’Hommes et de femmes installés dans les départements des Bouches du Rhône, du Gard et de l’Hérault. 

Entre leurs mains : un patrimoine historique qui fonde l’identité culturelle du Sud de la France, sur laquelle repose aussi l’attractivité des territoires, mais aussi leur biodiversité et leur préservation… Pourtant, cette profession atypique et singulière, mais tellement ancrée dans notre identité, se heurte à de nombreux obstacles renforcés par la crise sanitaire. 

– Un système d’assurance des jeux et activités taurines hors de prix,
– Des lois qui accablent les manadiers,
– Des compagnies d’assurance qui peinent à se mobiliser durablement,
– Des aides européennes (PAC), qui pèsent plus de 20% des revenus des exploitations, remises en questions,
– Une production commerciale (viande, activité touristique), des activités culturelles et sportives stoppées. 

Face à cette conjoncture, les éleveurs ont mobilisés experts et élus, et présentent un programme d’actions mis au vote de la profession ce 19 février 2021 à la CCI du pays d’Arles. «L’assemblée Générale permettra d’acter le bilan et les projets d’une profession mobilisée pour son avenir. 

Dans la continuité de l’action Fédérale, et afin de préserver ce patrimoine plus que jamais mis en péril par la crise sanitaire la Fédération des Manadiers demande auprès des pouvoirs publics :

– Exonération des cotisations d’assurances « jeux taurins 2020 » (la quasi-totalité des Abrivado, ferrade en manade, 60% des courses ont été annulées), en attendant un mode de contractualisation durable 

– Exonération de la taxe foncière non-bâtie car la quasi-totalité des manades ont perdu 80% du chiffre d’affaire 2020 

– Exonération des loyers des fermages destinés au pâturage du bétail >L’investissement public pour promouvoir les activités des manadiers (viande, tourisme), au travers notamment la création d’une application numérique et sa communication 

– Un accompagnement personnalisé de proximité pour accompagner au plus les manadiers dans la gestion de la crise, et la relance de leurs activités 

– La mobilisation des parlementaires européens pour les aides européennes des manades, en coopération avec les éleveurs de toros de combat.