Il semblerait qu’Aimargues soit un territoire où il fait particulièrement bon vivre…

Pour la seconde fois, en ce mois de janvier 2021, une autre Aimarguoise fête son centenaire : Madame Dolorès Thérond.

A cette occasion, Jean-Paul Franc, maire et André Mégias, 1er adjoint, se sont rendus auprès d’elle pour célébrer cet événement. Ils lui ont offert un mille-feuilles d’anniversaire accompagné d’un beau bouquet de fleurs.

Née à Aimargues de parents d’origine espagnole, le 31 janvier 1921, Madame Dolorès Therond grandit à Aimargues. A 13 ans, son certificat d’étude en poche, ses parents quittent la rue de Marsillargues et s’installent au Petit Malherbes. Là, elle fait des heures de ménage pour Marguerite Hugo, arrière-petite-fille du célèbre poète, écrivain et romancier, Victor Hugo.

La guerre de 39-45 marque douloureusement sa famille. Alors que son frère est emprisonné en Allemagne, Madame Thérond perd ses parents, sa sœur, sa belle-sœur et sa nièce.

Plus tard, c’est en travaillant à la distillerie Aimarguoise qu’elle rencontre son époux.

En 1964, elle s’installe en famille au Mas d’Andron. Elle est recrutée par une toute jeune entreprise Aimarguoise, Eminence. Madame Therond travaille dans l’usine de production, installée à cette époque en lieu et place du bureau de poste actuel, au cœur du village.

Son parcours de vie ayant renforcé son esprit de famille, Madame Therond a toujours été, et, est encore très présente et proche de sa fille et son gendre, Monsieur et Madame Caron, de ses petits-enfants et arrières petits-enfants, nièces et neveux.

« Notre admiration et notre respect sont sans limite en ce jour d’anniversaire d’une Aimarguoise qui a su traverser le temps et les épreuves de la vie avec vaillance et patience. » a-t-on pu entendre de Jean-Paul Franc. La municipalité souhaite à Madame Thérond que sa vie continue de s’écouler paisiblement et en bonne santé jusqu’à son 101e anniversaire.