Le mas d’Anglas, construit sur les derniers reliefs des Costières, domine la vallée du Vistre. En longeant la petite route qui y mène on a une somptueuse vue sur les marais en contrebas et le regard se perd jusqu’au Cévennes. Beaucoup de vauverdois et de Cailaren connaissent ce site. C’est un lieu de promenade bien connu où se rencontre amoureux de la nature et gens de bouvine.

Le site est enchanteur en toute saison et par tout temps. Au levé du soleil, dans la brume ou sous un soleil éclatant, la lumière y est toujours magnifique. En hiver les Cévennes enneigées avec en premier plan des flamants rose offre un spectacle saisissant.

Le paysage a été sculpté par le Vistre et par l’élevage du taureau Camargue. Les pâturages en ouvrant le milieu ont favorisé la biodiversité. Des prairies noyées aux prés sur les hauteurs de nombreuses espèces d’oiseaux y ont trouvé un biotope qui leur convient. Oiseaux d’eaux, des arbres ou des champs convergent vers ce spot ornithologique exceptionnel.

La manade Nicollin a poursuivi l’œuvre de Jean Lafont. Et l’on peut y contempler les beaux spécimens de cette manade prestigieuse. Restons prudents, car les jeunes taureaux au tempérament fougueux et imprévisible ont parfois tendance à braver le spectateur imprudent qui les prend pour des vaches à lait. Il ne faut pas leur en vouloir car ce sont eux qui sont les gardiens de ce patrimoine naturel remarquable et de nos belles traditions.