En quatrième position de la Foulée des Halles et premier vauverdois à franchir la ligne d’arrivée, Karl Brunel dans un demi-sourire laissait percer une légère déception ce dimanche 3 février.

« J’étais content de terminer quatrième et en même temps je savais qu’avec un peu plus d’entraînement, j’aurais pu faire beaucoup mieux. La course ne m’a pas paru particulièrement difficile et d’ailleurs à la fin, physiquement, je n’étais pas épuisé mais je n’avais pas les jambes pour aller plus vite. »

Depuis le début de l’année, entre ses nouvelles activités professionnelles et ses responsabilités associatives, le jeune sportif vauverdois manque de disponibilité pour s’entraîner spécifiquement comme il le souhaiterait. Pour autant, cela ne l’a pas empêché de terminer 7ème (4ème dans sa catégorie) au cross départemental des sapeurs pompiers à Saint-Hippolyte du Fort le 19 janvier et de se qualifier ainsi pour les championnats de France qui se dérouleront le 17 mars prochain.

À 25 ans, Karl Brunel, encore auréolé de sa victoire au Mara -Trail de Camargue est au top de sa forme et affiche de belles ambitions.

Le Mara-Trail de Camargue et ses 49 km au départ du Grand Radeau aux Saintes-Maries de la Mer restent pour lui un moment privilégié, une discipline d’endurance qui lui ouvre de nouvelles perspectives.

« C’était la première fois que je faisais une course aussi longue. Je n’avais jamais fait plus de 20 bornes en course. Jusqu’à Aigues-Mortes, j’ai tenu un bon rythme mais après j’ai eu le contrecoup de ne pas avoir fait assez d’entraînements plus longs. Et du coup ma moyenne a baissé. Mais pour une première, j’étais très content.

Le parcours est tout simplement magnifique et permet de découvrir des paysages variés et rares. On part du domaine du Grand Radeau, à la manade Raynaud, on longe pendant 7 km le bord de mer avant de pénétrer dans des propriétés privées, des endroits qui ne sont pas ouverts au public. Depuis les prises d’eau des Salins, on traverse l’Île de Stel (Listel, les vignes des Grands domaines du Littoral) et on se retrouve face aux remparts d’Aigues-Mortes.

À Aigues-Mortes, on récupère la voie verte, le long du canal du Rhône à Sète que l’on franchit au niveau de la Tour Carbonnière. On passe la tour Carbonnière sur les passerelles au milieu des marais puis on rejoint le bord du Vistre pour sortir à la manade Agniel à Chaberton. On traverse la route au Pont des Tourradons, on emprunte à nouveau la voie verte au niveau du mas des Mongettes avant d’arriver aux arènes de Vauvert. »

Un superbe parcours de 49 km que Karl Brunel a bouclé en 3 heures 58 minutes, devançant de 20 minutes le second de l’épreuve.

Passionné de course à pied, pleine nature, il affectionne plutôt les parcours accidentés qui lui permettent de déployer ses qualités d’endurance, de résistance à l’effort et en même temps qui lui font découvrir la beauté et la diversité des paysages.

Très tôt attiré par le sport, Karl a commencé par le football qu’il a pratiqué pendant 11 ans à Vauvert et à Gallician. Entre temps, il s’est mis à la course à pied et peu à peu cette discipline à pris l’ascendant sur ses autres activités sportives.

Et du jour au lendemain, il a décidé d’arrêter le foot pour se consacrer pleinement à sa nouvelle passion.

Il a débuté à Courir à Vauvert avant de signer en 2012 à l’ASSP Vergèze, un club affilié à la Fédération Française d’Athlétisme. Ce qui lui a permis de disputer les cross départementaux et régionaux et de suivre les conseils avisés de son coach, Pascal Campet.

« C’est un grand coureur qui a gagné six ou sept fois la Foulée des Halles. Il m’a fait progresser énormément et dès la première année, j’ai gagné quasiment 3 minutes sur 10 km. »

Depuis deux ans, Karl Brunel a rejoint plusieurs coureurs qui ont créé le club nîmois RTN30 (Run Trail Nîmes).

Au-delà de la pratique sportive, il a souhaité mettre ses compétences et son énergie au service de ses concitoyens. Il s’est engagé comme pompier volontaire à Vauvert en 2013.

« Ce qui me plait chez les pompiers, c’est la cohésion et l’esprit d’équipe, le partage de valeurs communes, solidarité et dépassement de soi. C’est une famille. »

Pour accomplir en toute sécurité et de manière optimale leurs missions, les sapeurs-pompiers professionnels et volontaires doivent veiller à leur condition physique. La pratique régulière du sport est vivement encouragée. Des compétitions internes sont organisées dans une vingtaine de disciplines. Et le runner vauverdois, trois fois champion du Gard, ne manque pas de s’y faire remarquer.