Pratiquez-vous le Paintball ? Peut-être pas encore. Savez-vous que nous avons en Petite Camargue un vice-champion du monde de Paintball ? Avant de vous le présenter nous allons vous dire quelques mots sur cette discipline sportive en plein développement.

Le Paintball loisir s’ouvre à tout le monde à partir de 12 ans, on le pratique en groupe pendant une journée plaisir ou lors d’événements encadrés par des professionnels ou en associatif. On y trouve toute sorte de style de jeu, dans la forêt ou dans des bâtiments pour des parties scénarisés ou juste pour de petites escarmouches dans des univers fort variés.

L’activité de loisir s’est peu à peu structurée en véritable discipline sportive qui séduit de plus en plus d’adeptes. Des compétitions se déroulent dans le cadre de la Fédération Française de Paintball et sont également organisées par des structures privées au plan International.

Un sport à la fois physique et stratégique !

Le paintball sportif se joue avec 3, 5 ou 7 joueurs selon le format. Deux équipes s’opposent en vue d’aller buzzer dans le camp adverse et de sa base, le tout dans un temps limité. Les joueurs sont éliminés lorsqu’ils sont touchés par une bille et que cette dernière éclate. Les joueurs mettent en œuvre une stratégie selon la configuration de la surface de jeu, qui varie selon les tournois. A travers le poste qu’ils occupent, chaque joueur se voit confier des objectifs dédiés durant la partie. Le terrain, quant à lui, est normalisé et constitué d’obstacles gonflables disposés de manière symétrique. Il est fermé à l’aide de filets de 6 mètres de haut, évitant ainsi toute projection de billes sur les spectateurs.

Faisons connaissance à présent avec notre vice-champion.

Arthur Werquin habite Aubord, il pratique le paintball depuis l’âge de 11 ans. Comment lui est venu cette passion ?
« C’est mon ami, Mathis qui m’a proposé pour la première fois de participer à une partie de paintball en pleine nature, cela m’a vraiment plu et depuis je n’ai cessé de pratiquer ce sport ».

Comment s’est passer le championnat du monde ?
« Très dur, le niveau était vraiment élevé, rencontrer des équipes venues du monde entier, être diffusé sur les chaînes de télévision du monde entier était quelque chose d’incroyable et d’inoubliable. Malheureusement, nous avons perdu face à une belle équipe russe, que nous avions gagné dans les matchs de poules, et je m’entraîne beaucoup pour y retourner l’année prochaine ! »


Quels sont les émotions que te procure le paintball ?
« Le paintball me procure beaucoup d’émotion, celui que je retiendrai est l’adrénaline car c’est un sport extrêmement vivant et où rien n’est joué jusqu’au coup de sifflet final, mais aussi une sensation d’appartenir à un groupe, comme avec une famille et cela est important dans un sport collectif. »

Voudrais-tu faire du paintball ton métier ?
« Bien sûr, mais je reste réaliste, le paintball n’est pas un sport reconnu en France, et seulement les joueurs les plus célèbres sont rémunérés. C’est pour ça que je reste concentré sur mes études, tout en me donnant a fond pour le paintball. »

Pourquoi le paintball est-il un sport peu connu ?
« Je ne pense pas qu’il soit peu connu, je pense juste que les gens ont une mauvaise approche sur le paintball. Beaucoup de personnes pensent que le paintball est une alternative aux jeux d’armes violents qu’ils voient soit sur les jeux vidéo ou soit avec l’armée, alors que le paintball n’a rien à voir avec ça. En effet pour commencer les tenues sont loin du contexte de guerre, avec des coloris flashy (jaune, rose fluo, vert claire…), elles apportent un coté dérisoire et fantaisiste au paintball. Ensuite nos lanceurs, et j’insiste sur le mot « lanceur » et non « arme » comme certains l’emploient, car nos lanceurs ne ressemblent absolument pas à des armes de guerre, ils sont munis de cartouches, de billes flashy elles aussi. »

Comment à ton échelle ressens-tu les difficultés qu’a ce sport à se développer ?
« Pour commencer aucune aide financière n’est versée par l’État pour nous aider à nous développer, ensuite tout nos équipements et déplacements sont financés par nous-même ainsi que le transport et l’hébergement. Enfin, le paintball n’est pas considéré comme un sport en France bien qu’il y est des championnats. Résultat, les sponsors nous ignorent car le paintball n’attire pas les gens qui préfèrent le pratiquer comme un loisir de temps en temps plutôt que comme un sport. »

Où pouvez-vous pratiquer le paintball près de chez vous ?

Paintball Pro Nîmes :
Mas Galloffre Nord Nîmes Bastide, Route de Générac, 30900 Nîmes

Paintball Nimes :
505 Chemin de Puech Vert, 30900 Nîmes

Optimum Loisirs :
D12, 30660 Gallargues-le-Montueux

Camargue Loisirs quad Paintball :
30220 Aigues-Mortes

Wissem Khaldi
Ambassadeur du sport