Ce 18 décembre, le Printemps de l’Éducation contre les discriminations et le racisme recevait Mme  Latifa Ibn Ziaten, qui est la mère de Imad, le soldat, qui fut la première victime de Mohamed Merah.

Mohamed Mehra, en ce mois de mars 2012 à Toulouse, va croiser Imad et le tuer parce qu’il représente l’Etat français et plus particulièrement l’armée française.  Comme pour consoler la famille, on lui répète qu’il est mort en héros : Il est mort debout, en refusant de céder aux menaces.

Cette maman, comme pour donner un sens à la mort de son fils, sillonne le monde afin de sensibiliser aux risques de la radicalisation. Elle explique que son mari et elle quand ils ont décidé de venir en France on choisi de se comporter en Français afin que leurs enfants aient toutes les chances d’avoir un bel avenir.  Elle évoque sans complexe la question du voile, s’il faut l’enlever, elle l’enlève, cela n’a aucune importance, l’important c’est d’être en accord avec soi-même. A aucun moment elle ne se dérobe, c’est une forte personnalité, son but est simple : éduquer les populations pour qu’il n’y est plus de Mehra. Afin, qu’un tel drame ne se reproduise jamais.

Elle est à la tête d’une fondation « Association IMAD pour la jeunesse et pour la paix », qui grâce aux fonds versés pour ses interventions permet de mettre en place des actions dans les quartiers français.

La présence d’un nombreux public au collège de Vauvert montre tout l’intérêt qu’elle suscite.

« Nos jeunes sont l’avenir de notre pays, c’est à leurs côtés que j’ai clôturé ma dernière intervention de l’année. Échanger sur les principes de la laïcité, transmettre les valeurs du vivre-ensemble, était mon objectif jeudi dans la matinée avec les collégiens de la ville de Vauvert. » Latifa Ibn Ziaten