“Le club taurin  a été créé en mars 1970, dés que le manadier Jean Lafont a su que nous allions appeler notre association Lou Cosaque , il a spontanément offert au club la tête naturalisée de son taureau Lou Cosaque son 1er Biou d’OrMichel Rouzier ancien président.

Lou Cosaque
Lou Cosaque au siège du Club
Lou Cosaque
Au musée, au milieu des siens

Alain Lyon, président de du CT Lou Cosaque face au symbole de l’association.

Lou cosaque

Ce cocardier de la manade Jean Lafont a foulé le sable des arènes de 1950 à 1957, désigné meilleur taureau pour la cocarde d’or en 1956, il est sacré Biòu d’Or la même année. Malade, il décède en février 1958 à la Tour d’Anglas, où il est enterré.

Jean Lafont a remis la tête naturalisée de Lou Cosaque le 9 avril 1970 au siège du club taurin, le café le Commerce appartenant à l’époque au raseteur Roger Pascal

En 2020 le CT aurait dû fêter  ses 50 ans, la crise sanitaire en a décidé autrement. Alain Lyon président du club et son équipe ont décidé de ramener la tête de Lou Cosaque sur ses terres de la Tour d’Anglas. Il trône à l’entrée de ce véritable conservatoire de la mémoire taurine, musée aménagé par Louis Nicollin, rassemblant les heures de gloire de la devise.

 

Invités par le CT, les membres se sont retrouvés à la manade Nicollin, au Mas d’Anglas. Déjeuner, promenade en charrette dans les près au milieu des taureaux et visite du musée où tous les adhérents présents ont pu voir la tête de ce cocardier symbole du club qui a réintégré sa manade. Sur la stèle érigée sur sa tombe, a quelques pas du musée, par le club de Beauvoisin est gravée dans la pierre une étoile à sept branches avec  en provençal Es lou tombeu d’un mage, Car d’ uno  estello a set raioun, Lou  monumen porto l’image.s

musée Nicollin