Chute du mercure et coups de vent,  l’hiver s’installe sur les Costières. La taille de la vigne bat son plein, tandis que les moutons de Jimmy Félon, pâturent au milieu des ceps.

Depuis quelques années on assiste à ce retour en grâce du pâturage ovin dans les vignobles. Éleveur et vigneron y trouvent un intérêt commun. Une herbe d’hiver gratuite, de bonne qualité, pour l’un, une gestion du couvert végétal et une fertilisation des sols pour l’autre.

Le berger et son troupeau passent ainsi l’hiver dans les vignes, dans des terres clôturées ou avec de simples filets mais accompagnés des patous et chiens de berger. L’éleveur a un cheptel de trois cent cinquante têtes et compte plus de cent cinquante naissances chaque année. Il aimerait avoir jusque cinq cent bêtes mais ses cinquante hectares ne suffisent pas. « Il me faut un hectare pour cinq moutons ! »

Ce mardi en début d’après-midi, Jimmy a déplacé son troupeau sur la propriété du viticulteur, Denis Tresse, au bien nommé « mas des quatre vents ».  Il y restera deux à trois semaines.
« Paillet » et « Bolly » les deux border collie poussent et regroupent les moutons sous le regard protecteur de « Vladim », le Patou, gardien chef du troupeau. Des pros qui exécutent la manœuvre à la perfection.

Le berger aime partager sa passion. Il a choisi ce métier pour l’environnement naturel, la campagne, mais il souhaite aussi s’impliquer dans sa ville. Natif de Vauvert, il y a son exploitation depuis une vingtaine d’années.