You are currently viewing <em>Contre-piste</em> La chronique Bouvine de Marie-France Sabatié<br>Royale de la manade Saumade à Lunel</br>
Castella anticipe le départ de François Martin

VICAIRE / CASTELLA

François MARTIN / Vincent FÉLIX

au firmament de la Royale Saumade

Le temps s’étant remis au beau, la piste travaillée pour que la course soit au rendez-vous, le public répondant présent,  une Manade hors normes, celle des Saumade, des raseteurs ; une alchimie qui doit en principe si elle est bien « touillée » faire de ce jour un jour sans « faim, fin ».

Vicaire a été le taureau d’exception, dominateur, anticipateur, vif, régulier, intelligent dans son quart d’heure, il se montre en terrain conquis.

Castella, craint, n’est pas raseté à sa juste valeur et se fait enlever sa ficelle à 800 € par François Martin.

François Martin décline ses rasets tout au long du temps de course, n’hésitant pas à se porter à la tête des taureaux dans des rasets souvent départ à la planche, des rasets de qualité et entraîne derrière lui la masse noire prête à le courser. Travail et respect du taureau… et du public pour que la course brille.

Vincent Félix, toujours dans la qualité, lui aussi souvent départ à la planche pour une traversée qui mène homme et bête jusqu’aux planches main sur la corne pour saper l’attribut. Du beau, de l’envie, du travail.

    

       1 – SISCO

Vite déshabillé par Zekraoui et Naïm ; Aux ficelles, prend la demande, se met en position d’affrontement face à l’adversaire et l’on voit de belles actions sur Katif, Félix, Zekraoui. Reste qu’il est difficile de lui ravir les ficelles, se déplace et lâche parfois le raset. Mais l’ensemble est seyant, la première ficelle se mâche mais il résiste si bien qu’il finit par la rentrer au toril en musique après avoir entendu par 4 fois le disque en piste.

           2 – SOLIMAN

Ni une ni deux, il est déshabillé par François Martin, Zekraoui et Naïm. Reste les ficelles, les demandes sont là mais les réponses sont parfois légères, n’emportant pas tout sur son passage. Rageur, il tape parfois aux planches en signe d’avertissement, soulève même son mourre derrière Naïm. Zekraoui le sollicite, Soliman l’a vu et bien vu, et dans une belle anticipation tous deux aux barrières. Manque de travail, de vraies sollicitations par les raseteurs, du coup semble s’ennuyer parfois en piste. Rentre ses ficelles en silence.

           3 – VIZIR

Les attributs sont glanés au fil des rasets par Naïm, Jérôme Martin, Katif et Zekraoui. Aux ficelles, Félix amène dans son giron Vizir et le fait briller dans des actions qui les mènent tous deux à la barrière main sur la corne dans un travail de sape et donnant ainsi la possibilité à Vizir de briller. Vizir prend tout, vire-vire, raset, le tout servi en musique. La première ficelle rentre dans le crochet de François Martin. À la deuxième, sa générosité l’emporte dans des rasets à la demande. Ainsi on peut voir Félix par 2 fois et Katif l’emmenant  dans des  actions franches faisant retentir le disque. Il perd sa deuxième ficelle sous le crochet de Naïm  à la dernière minute et rentre en musique sous les applaudissements ; par 6 Carmen en piste lors de sa prestation. 

(Zekraoui se retire sur blessure).

           4 – VICAIRE

Si son nom le met au second plan, sa prestation du jour le hisse à la première place. Il domine, l’œil aux aguets prêt à l’anticipation, à courser l’adversaire. Et il en faut du temps pour le déshabiller de ses premiers attributs. Il est dans la réponse quand la demande se fait présente et pressante. Malheur à celui qui l’importune ! C’est sa piste, son territoire, et il le garde, le surveille ! Félix et François Martin vont par des rasets plus qu’honorables le porter et se porter pour que ce moment soit un moment brillant. F. Martin le sollicite,  qu’à cela ne tienne, réponse tranchante dans une belle anticipation ! Félix, en demande, réponse en conséquence, furieuse et imposante ! Vincent Félix, F. Martin  dans des rasets qui donnent le frisson tant la réponse est sèche et directe ; pas de fioriture ! Du réel, du concret ! Et ce tout au long du quart d’heure. Le temps des premiers attributs est long, très long et F. Martin clos la prise du 2ème gland ; (F. Martin J. Martin et Naïm pour les autres attributs). Aux ficelles, Vicaire se cale, il attend, se déplace parfois de quelques mètres, obligeant les hommes à bouger, il les regarde ne perd jamais quelqu’un de son regard, À nouveau, une demande de choix de F.Martin qui l’entraîne avec lui à moins que ce ne soit lui qui le pousse aux barrières. Katif s’élance main sur la corne. Aliaga se fait courser sérré-serré. 550 €,la prime à la ficelle. Et la valse des rasets reprend, avec Félix, F. Martin dans la beauté des rasets, du jeu, de l’homme et de la bête !
Énorme applaudissement à sa rentrée au toril avec ses deux ficelles fièrement gardées sur ses cornes. L’air du toréador résonne. Par 8 fois Carmen en piste. Un moment comme on en voudrait tant, riche en qualité tant par la bête que par l’homme. Vicaire, taureau complet, anticipateur, combatif, vif, intelligent, il maitrise la piste et les hommes.

           5 – COBALT

Les hommes sont sur la réserve, l’approche est plus délicate, les rasets moins portants. On voit distinctement droitier et gaucher, bien séparés de Cobalt qui les regarde, calé aux barrières. Il en profite pour choisir celui qui viendra ou essayera de venir à lui et le raccompagnera illico presto. Il balaie la piste dès que possible et rejette tout homme hors les planches.  Il anticipe les départs et rejoint les hommes dans la puissance. Mais les hommes restent prudents. Naïm  (coupe) et Katif (cocarde). Reste le gland en attente de demandes, Cobalt dans le refus de le céder. Malgré les 150 € annoncés pas grandes demandes ; Mais une boiterie de Cobalt se fait, Le Manadier le fait rentrer. Il était parti pour faire souffrir les hommes dans la chasse aux attributs. Espérons le revoir bientôt en piste en pleine capacité de ses moyens. Rentre en musique.

           6 – CASTELLA

Il est en piste le Biòu d’Or 2023 ! Les hommes aussi ; lui les attend ! Eux le regardent, le jaugent ! C’est parti avec Félix (gland) et Katif (cocarde). Assurance des hommes ! Naïm lui fauche le second gland. Bon aux ficelles ! François Martin se fait serrer, serrer quand il se porte à lui, Castella dans toute sa puissance, son envie d’attaquer. Demande  de Naïm, Ah ! Réponse il y a ! Fulgurant, Castella, tel un boulet se soulève derrière lui. Les hommes le craignent et se portent avec parcimonie dans des rasets. La ficelle prend son envol dans une prime qui monte à 600 € pour inciter les raseteurs à le passer, se porter à lui, au devant… Les primes montent encore, déjà 700 €, et toujours des rasets en attente. Attente aussi du public qui est en demande d’un raset qui fera briller le taureau, la course ! Prime à 800 €, Katif s’élance, Castella à ses trousses, F. Martin dans sa suite et la ficelle à 800 € dans son crochet dans la satisfaction du public pour une action brillante et de qualité. Castella rentre sous les applaudissements du public entendant jouer Carmen ; par 7 fois le disque lors de sa prestation. Brillant, le public aura juste et Castella aussi attendu un raset qui le porte au firmament. 

Lunel
Dimanche 1er avril 2024

Marie-France Sabatié

Passionnée de bouvine, je partage par l'écriture mon ressenti, ma passion sur ce qui fait la richesse de ce terroir, courses camarguaises, traditions, manades, ...
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour
avatar pour