Les frères Baret ont le sourire malgré l’année passée qui a été compliquée pour l’exploitation familiale qui vend la moitié de sa production à l’export, USA, Amérique du Sud, Chine, Europe du Nord et aux restaurateurs. « Nous avons tout de même presque tout vendu ! » explique Serge. Une production de 2000 hectos en moyenne sur 35 hectares, 100 000 bouteilles Costières de Nîmes, et une gamme appréciée qui est suivie depuis plusieurs années. « Nos clients y sont attachés » poursuit Thierry.

Tradition est l’entrée de gamme aux trois couleurs, rouge, rosé et blanc, puis Perle Blanche et Enéïde, la cuvée phare qui a vu le jour à l’an 2000, nommée d’après l’épopée de Virgile. Elle trône aux côtés de 1748 et Ampelographique amitiés qui racontent deux belles histoires, celle du mas dont l’origine remonte à cette date et l’autre, une récolte solidaire créée lors des inondations de 2005 survenues la veille des vendanges où dès le lendemain, une entraide s’était formée pour récolter rapidement à la main.


La nouveauté, c’est la conversion en bio depuis deux ans mais qui n’implique pas de grand changement cependant au quotidien pour les viticulteurs dont les vins étaient déjà en agriculture raisonnée. Un nouveau label toutefois depuis septembre, HVE, haute valeur environnementale. « C’est surtout sur la traçabilité, le respect de l’environnement et la sécurité alimentaire. » Plus de produits chimiques ni de désherbants. Une évolution nécessaire selon les deux frères, demandée par les consommateurs, mais pour eux une évidence plus qu’une tendance. Pour la qualité des vignes, une rotation de culture est assurée avec la production d’abricots. Une médaille également en 2020 pour l’unique rosé, Tradition, au concours général agricole à Paris.


La famille Baret originaire de Salinelles a repris le mas Virgile en 1982. Elle fêtera ses quarante ans l’an prochain. Le mas Virgile, un lieu historique de Petite Camargue aux nombreuses anecdotes sur la famille Soulet, les taureaux et même le mas qui selon Serge aurait été un temps un lieu de culture atypique. Un peu isolé entre Vauvert et le Cailar proche du Pont des Tourradons, mais on ne peut pas le rater au pied de l’imposant château d’eau. Soulet signifie « isolé » en provençal, s’amusent les frères Baret. Une anecdote de plus.

Chateauvirgile.fr contact 06 22 88 26 73